"LES BOUTIQUES"

Casino

"BOUTIQUES"
CALENDRIER DES REPRESENTATIONS

Les 9 et 10 juin 2006 à CHÂLONS-EN-CHAMPAGNE FESTIVAL FURIES
Les 16 et 17 juin 2006 à VILLEURBANNE
LES INVITES DE VILLEURBANNE
Du 29 juin au 1er juillet - SCENE NATIONALE D'ALES
CRATERE SURFACE
Du 4 au 5 août à THONON-LES-BAINS
FESTIVAL LES FONDUS DU MACADAM
Les 12 et 13 août - LE CHEYLARD

"LES BOUTIQUES"de Bernard Falconnet
TRIO MINEUR avec Christine Brotons,Stéphane Czopek,Roland Depauw,Dominique Laidet,Sébastien Lebouc,Mélanie Vaudaine,Line Wiblé.

Les "boutiques" est une série d'histoires courtes jouées dans dans les magasins. Le temps de la représentation, une boucherie, une librairie, un salon de coiffure, un bar, une épicerie, une boulangerie, un fleuriste ou la salle des mariages de la mairie deviennent le théâtre où sept comédiens nous livrent des fragments de vie. Les spectateurs rassemblés dans les boutiques assistent à des huis clos entre la coiffeuse et sa cliente, le boucher et son commis, l'adjoint au maire et les faux mariés. Avec les boutiques le théâtre est au coeur la ville.
Renseignements: 04 76 00 79 24
MC2 Maison de la Culture de Grenoble

salle de mariage

Roland Depauw dans le rôle de l'adjoint au Maire
en compagnie des faux mariés Mélanie Vaudaine et Sébastien Lebouc

 

"S'obstinent,perséverrent,s'enferrent..."

 

 

photo hauvuy

S'obstinent,perséverrent,s'enferrent ...
deJean-Claude Hauvuy, paru aux éditions Comp’ act
mise en scène deLaurent Vercelletto
Vidéo-lumière Yvan Pellecuer
Scénographie Fanny Gamet, Laurent Vercelletto
Costumes Fanny Gamet
Avec Vincent Bady (Le Maître) et Roland Depauw (Le Valet)
Production Les Célestins, Théâtre de Lyon/ Vercelletto et Cie. Coréalisation Théâtre du Rond-Point/Paris
Durée : 1h30 environ

"S'OBSTINENT..."
CALENDRIER DES REPRESENTATIONS

 

REPRISE DU SPECTACLE
Du 19 au 26 octobre 2006 à LYON

sobstinent

Roland Depauw le valet en compagnie de Vincent Bady.

…s’obstinent, persévèrent,s’enferrent...Un maître, un valet. Ils parlent, ne font que parler.Ou plutôt : le maîtrealterne rumination misanthropique et sombres silences. Le valet, lui, se voue à une quête opiniâtre, pressante, du sens des propos du maître ;absurdement, il attend une sorte de salut.Mais, ...s'obstinent, persévèrent, s'enferrent , c’est aussi et surtoutl’enchaînement serré et souvent comique de deux paroles, dont l’oppositiontémoigne finalement d’un même effondrement du pouvoir des mots à rendrel’existence supportable, dès lors qu’un événement dramatique y a fait effraction.…s’obstinent, persévèrent, s’enferrent, titre énigmatique, fragment de phraseauquel manque le sujet. A la première lecture, on pense être relié à une forme repérable, celle du dialogue philosophique entre un maître et son valet (cf.Jacques le fataliste de Diderot ou Les Conversations de Goethe avec Eckerman).Mais cela n’est qu’apparence.L’univers de Jean-Claude Hauvuy est tout de suite plus déjanté. Le maître,acariâtre et miné par d’inavouables questions est diaboliquement scruté, envahi,par un valet obsessionnel en pleine reconstruction mentale. On assiste alors à une quête effrénée du mot juste, de la précision du langage. Et lorsque le mot manque,d’effrayantes béances se révèlent.C’est de la pensée en mouvement, du verbe à l’état pur.Il y a bien sûr des influences. Thomas Bernhard pour le ressassement, Samuel Beckett pour la solitude à deux et le plaisir des mots. Il y a surtout Jean-Claude Hauvuy pour une écriture singulière, étourdissante et jubilatoire. (Laurent Vercelletto)